Le portrait de Manfredo SETTALA attribué à Carlo Francesco Nuvolone : un hommage au collectionneur et facteur de sourdelines. 

Notes de bas de page associées à l'article.

1. Alessandro Morandotti, « Note brevi per Cerano animalista, Vermiglio pittore di figura e Carlo Francesco Nuvolone autore di ritratti », Il Seicento lombardo : giornata di studi, Mina Gregori (ed.), Turin, Artema Compagnia di belle arti, 1996, p. 68-69, fig. 107.


2. Voir D. Filipo Picinelli, Ateneo de I Letterati Milanesi, 1670, p. 406. Filipo Picinelli (1604-1678) théologien italien qui vécut à Milan, publia un livre d’emblèmes de plus de mille pages, Mundo Simbolico, en 1653. Mondo simbolico, o sia università d’imprese scelte, spiegate ed illustrate con sentenze ed erudizioni sacre e profane, Milan, Stampatore archiepiscopale, mdcliii.

3. Giacomo Barri, The painters voyage of Italy (Viaggio pittoresco d’Italia, Venise, 1671), traduit de l’italien en anglais par W. L. (William Lodge) of Lincolus-Inne (Leeds), Londres, Printed for Tho. Flesher, 1679, p. 145-154.

4. D’après Antonio Aimi, Vincenzo De Michele, Alessandro Morandotti, Museum Septalianum, una collezione scientifica nella Milano dei seicento, Florence, Milan, Museo Civico di Storia Naturale, 1984, p. 29-30.

5. Paolo Maria Terzago, Musaeum Septalianum, Manfredi Septalae… Industrioso labore constructum…, Dertonae, typis Filiorum qd. Elisei Violae, 1664 ; Paolo Maria Terzago, Pietro F. Scarabelli, Museo, ò Galeria adunata dal sapere, e dallo studio del Sig. Canonico Manfredo Settala nobile Milanese…, Tortona, per li figliuoli del E. Viola, 1677 (nous utilisons cette édition pour l’ensemble des références suivantes en notes ; il s’agit de la réédition de l’ouvrage de 1666). Sur la collection d’instruments de musique et les catalogues rédigés par Terzago et Scarabelli, voir Franck P. Bär, « Le Museo Settala à Milan au xviie siècle : une collection d’instruments de musique à l’esprit français », Musique-Images-Instruments, 2, 1996, p. 58-87 ; Id., « Museum oder Wunderkammer ? Die Musikinstrumentensammlung Manfredo Settalas im Mailand des 17. Jahrhunderts », Für Aug’ und Ohr. Musik Kunst- und Wunderkammern, Wilfried Seipel (ed.), Vienne, Kunsthistorisches Museum Wien – Skira, 1999, p. 58-71.

6. Voir D. F. Picinelli, Ateneo de I Letterati Milanesi, 1670, op. cit., p. 406-408. Je remercie Éléonore Montbel pour la traduction des textes italiens.

7. D. F. Picinelli, Ateneo de I Letterati Milanesi, op. cit., p. 406.

8. Mentionné dans le catalogue de P. M. Terzago et P. F Scarabelli, Museo, ò Galeria, op. cit., p. 236 : « 7. Ritratto del Sig. Manfredo, mano di Daniello Crespo ». L’inventaire mentionne un portrait du frère de Manfredo, « Senatore Settala », par le même peintre (n° 4, p. 236).

9. L’oeuvre est conservée à Milan à la Pinacoteca Ambrosiana, Inv. 492. Elle est tantôt considérée de la main de Daniele Crespi, tantôt attribuée à cet artiste avec plus de prudence car elle n’est pas signée. Voir Marco Rossi et Alessandro Rovetta, La Pinacoteca Ambrosiana, Milan, Electa, 1998, p. 213 ; Addalgisa Lugli, Naturalia et Mirabilia. Les cabinets de curiosités en Europe, Paris, Adam Biro, 1998, p. 243, reprod. 140, comme Daniele Crespi (?). Daniele Crespi (1597-1630) appartenait à  l’Accademia Ambrosiana de Milan, fondée par le cardinal Federico Borromeo. Il mourut de la peste en 1630. Son maître et parent était Giovanni Battista Crespi dit Il Cerano (1573-1632).

10. Paula Findlen, Possessing Nature. Museums, collecting, and scientific culture in early modern Italy, Los Angeles, University of California Press, 1996, p. 325.

11. Ce terme vient du nom de la ville de Poitou où les tourneurs avaient développé cette spécialité. On trouve des finesses de Croutelle dans de nombreuses collections au xvie et xviie siècles, notamment dans l’inventaire de Catherine de Medicis :

« 212. Une layette de velours vert-jaune figuré à fond blanc, dans laquelle a esté trouvée une quenouille de bois de Crotelles », cité par Edmond Bonnaffé (1825-1903), Inventaire des meubles de Catherine de Médicis en 1589, Paris, Auguste Aubry, 1874, p. 81.

12. M. Terzago et P. F Scarabelli, Museo, ò Galeria, op. cit., p. 186 : « Palla grossa di avorio con dodeci forami detro a’quali si contengono ventiquatro pallote lavorate tutte d’un pezzo. E sostenuta da un’alto piedestrallo diversamente tornito ».


13. M. Terzago et P. F Scarabelli, Museo, ò Galeria, op. cit., p. 189 : « 5. Palla con trentatre bucchi, nella cui scavatura si  numerano sette palle spinose. E da un piedestallo di stravagante tornitura sostenuta ; nella parte superiore vi risie de una scala chiocciola tanto sottile, che tenendola in mano da se stezza guizza, etrema, non havendo corpo, che al moto dell’aria resista, foura di questa scala ui ha mirabilmente addata una Luna ; ed e tutta l’opera dell’altezza quasi di due palmi ».

14. « Da Candia, insieme con un mercante francese si porto alla Smirne, indi in Efeso, e poscia in Costantinopoli, ove dimoro due mesi

ad osservarui li Meschite, i Mercati, e l’altre curiosita piu degne ». D. F. Picinelli, Ateneo de I Letterati Milanesi, op. cit., p. 407.


15. Sur Athanasius Kircher (1601-1680) voir notamment Totaro Giunia, L’autobiographie d’Athanasius Kircher. L’écriture d’un jésuite entre vérité et invention au seuil de l’oeuvre. Introduction et traduction française et italienne, Bern, Peter Lang, 2009.


16. « Viaggiando ha scorso si puo dire  utta l’Italia, condotti cinque volte a Napoli, undici a Roma, dicisette a Venezia, tre nella Sicilia,  due in Sardegna, e una volta a Capo Bonifacio, a veder la pesca de i coralli. Egli di sua mano opera cio vuole ; divenuta l’Archimede del nostro secolo cosi nel taglio delle cose sottili, come nella fabbrica di specchi piani, concavi, ustori, di canocchiali di smisurata grandezza, e di strumenti musicali d’ogni forte opera maraviglie ». D. F. Picinelli, Ateneo de I Letterati Milanesi, op. cit., p. 407.


17. « Il nostro Manfredi, come possessore di molte lingue, attende alla tradittione, e stampa di i viaggi del Loiré, di quello d’Inghilterra, ed

altri. Havend’egli preparato per dar alle stampe ‘Un libro di Secreti’ d’arcane curiosita ben copioso », ibid.

18. Journal des voyages de M. de Monconys,[…] Où les sçavants trouveront un nombre infini de nouveautez, en machines de mathématique, expériences physiques, raisonnemens de la belle philosophie, curiositez de chymie, et conversations des illustres de ce siècle... publié par le Sr de Liergues, son fils, Lyon, H. Boissat et G. Remeus, 1665-1666, t. 2, p. 491-493.

19. « Automa con faccia grottesca, noto come ‘lo schiavo incatenato’ », Civiche Raccolte d’Arte Applicata, en dépôt au Civico Museo di Storia Naturale, Milan.


20. « Pesce Orbis Spinoso, portato dal Mare del Sur », Museo Settala, sala 23, bibliothèque Ambrosiana, Milan.


21. « Altorilievo antropomorfo, di derivazione arcimboldesca, formato da elementi (conchiglie ed elitre di coleoterri) », Museo Settala, sala

23, bibliothèque Ambrosiana, Milan.


22. « Armonia di flauti (flauto polifonico), Manfredo Settala circa 1650 », Museo Internazionale e biblioteca della musica di Bologna, inv. 1781. L’instrument figure sous le nom de « zampogna » dans le catalogue de P. M. Terzago et P. F Scarabelli, Museo, ò Galeria, op. cit., p. 333 : « Una zampogna, ò armonia di flauti à cinque canne di buffo tutte a suono diversi capriciosissime, quali hallo la regola principale, in 4. in 5. in 3. & 8. Opera del medemo Signore ».


23. « Sfera armillare tolemaica, costruita dalla Settala, raffigurata nel Codice Settala Z387 sup », fol. 2r, Milan, Museo Settala, sala 23, bibliothèque Ambrosiana, Milan.


24. D. F. Picinelli, Ateneo de I Letterati Milanesi, op. cit., p. 407.


25. Je remercie chaleureusement Alessandro Morandotti pour avoir mis à ma disposition la photographie de ce portrait.


26. Voir la note 1 pour la publication de 1996, puis Alessandro Morandotti, in Mina Gregori (ed.), Pittura a Milano dal Seicento al Neoclassicismo, Milan, Pizzi, 1999, p. 271 ; Francesco Frangi, « L’étà barocca : Milano, Cremona e Bergamo », Il ritratto in Lombardia da Moroni a Ceruti, Francesco Frangi, Alessandro Morandotti (ed.), Milan, Skira, 2002, p. 166, reprod. p. 25 avec la légende suivante : « Ritratto di Manfredo Settala fra alcuni strumenti scientifici e musicali e lavori al torno di sua invenzione ».


27. F. M. Ferro, Nuvolone. Una famiglia di pittori nella Milano del’ 600, Soncino, Edizioni dei Soncino, 2003, p. 194, notice « cf 99 » ; p. 415.


28. « Il passaggio dalla Milano di Daniele Crespi a quella di Carlo Francesco Nuvolone è segnato idealmente dalle scelte artistiche di Manfredo Settala, il canonico dall’ingegno multiforme che si fece ritrarre in tempi diversi dai due pittori ; a Crespi si deve l’esemplare conservato alla Pinacoteca Ambrosiana mentre a Nuvolone spetta il ritratto di ubicazione ignota che ci sarebbe molto piaciuto ritrovare ed esporre : prova felicissima del suo talento, che ci restituice con grande capacita espressiva l’intelligenzia e l’inquietudine dell’Archimede milanese », F. Frangi, in F. Frangi, A. Morandotti (ed.), Il ritratto in Lombardia da Moroni a Ceruti, op. cit., p. 21-23 ; 166.


29. Eric Montbel, Les Cornemuses à Miroirs du Limousin (xviie-xxe siècles). Essai d’anthropologie musicale historique, Paris,  L’Harmattan, 2013, p. 140-141, fig. 32 + DVD (« Chemins de la Mémoire – Ethnomusicologie et Histoire »).

30. Voir notamment : Febbo Guizzi, Roberto Leydi, Le Zampogne en Italia, vol. 1, Comune di Milano, Civica Scuola d’Arte Drammatica, 1985, p. 86. John Henry Van der Meer, « La Sordelina : organologia e tecnica esecutiva », Libro per scriver l’intavolatura per sonare sopra le sordelline de Giovanni Lorenzo Baldano (1576-1660) ; reprint, fac-sim. (manuscrit Savona, 1600) : Savona, Associazione Ligure per la Ricerca delle Fonti Musicali, 1995, p. 73-105. Barry O’Neill, « The Sordellina,  a possible origin of the Irish regulators », The Sean Reid Society Journal, vol. 2, Mars 2002, p. 1-20.

31. Maurizio Tarrini, « Documenti e testimonienze sulla sordellina (Secc. XV-XVII) », Libro per scriver l’intavolatura per sonare sopra le sordelline, Giovanni Lorenzo Baldano (ed.), op. cit., p. 124-126.

32. Select engravings from a collection of pictures, by the most eminent italian, flemish, and dutch masters, exhibiting at the saloon of arts […], Londres, J. Moyes, 1818, p. 30-31 (reprod.). Nous remercions très vivement Alban Framboisier qui a su identifier la provenance de cette estampe.


33. Carlo Francesco et Giuseppe Nuvolone, La famiglia di pittori, ca 1650, Pinacoteca di Brera, Milan, Reg. Cron. 484.

34. M. Terzago et P. F Scarabelli, Museo, ò Galeria, op. cit., p. 20 : « 2. Parto d’ingegnosa invidia e una sfera armillare, che ne lavoro il Sig. Manfredo con primo, e secondo mobile, e col circolo eccentrico ; nel moto de’ quali manifesta si scorge la vivacita di quei spiriti, ch’a tutto il mondo ogni giorno vie piu riguardeuole lo rendono ».

35. Codice Settala, bibliothèque Ambrosiana, Milan, Z 387, fol 2R.


36. Le Codice Settala était composé de sept volumes. Trois sont aujourd’hui réunis à la bibliothèque Ambrosiana de Milan sous les références Z 387, Z 388 et Z 389. Deux autres volumes sont déposés à la Biblioteca Estense de Modène, sous les références gamma.H.1.21 et gamma.H.1.22. Deux volumes restent introuvables.

37. Codice Settala, bibliothèque Ambrosiana, Milan, Z 387, fol 2R : « Altra sfera fatta da ore con il motto pure di trepidatione, ma diferente con l’apogieo e Perigeo, et altri motti fatto l’Anno 1640 come se vede in tagliato nel Meridionale fatto alla fogia di quella del Cugnetti in Anversa. ».


38. Il s’agit peut-être du tableau désigné en ces termes en 1677 dans le catalogue P. M. Terzago et P. F Scarabelli, Museo, ò Galeria, op. cit. : « 17. Ritratto del Sig. Manfredo uscito dalla mano di un allievo del Bronzino Fiorentino », p. 237.

39. Voir note 34.


40. M. Terzago et P. F Scarabelli, Museo, ò Galeria, op. cit., p. 183 : « 2. Vaso pur di ovata figura, d’avorio, e lavorato anch’esso a rose, di angolo acuminato nel centro. E sostenuto da un Atlante, servendo per piedestallo a questo vaso si piccolo, colui, che su colonna all’ampiezza de’ Cieli ».


41. Georg Laue (dir.), Gedrehte Kostbarkeiten. Turned treasuries, Munich, Kunstkammer Georg Laue, 2004.


42. Marin Mersenne, Harmonie universelle contenant la théorie et la pratique de la musique, Paris, 1636 ; reprint, fac-sim., avec  introduction de François Lesure : Paris, Éditions du CNRS, 1986. La « Sourdeline ou Musette d’Italie » est étudiée p. 293 et 294. La même étude et le même dessin figurent dans la version en latin : M. Mersenne, Harmonicorum libri instrumentorum IV, Paris, 1636, p. 97-98. Le texte diffère légèrement, moins détaillé dans la version latine, alors que le dessin y est de meilleure qualité dans l’exemplaire consulté, et que nous publions ici.

43. Cornelis de Waard, Correspondance du P. Marin Mersenne, religieux minime. Publiée et annotée par Cornelis de Waard. Édition

entreprise sur l’initiative de Mme Paul Tannery et continuée par le Centre national de la recherche scientifique avec la collaboration de M. Bernard Rochot..., Paris, Éditions du Centre national de la Recherche scientifique, 1932-1988, t. III. 1631-1633. Seconde édition revue et complétée, 1962.


44. Lettre de Gabriel Naudé, Giaggioli, à Marin Mersenne, Paris, le 12 novembre 1633. Cité dans Correspondance du P. Marin Mersenne, op. cit., t. III, p. 534-535.


45. M. Mersenne, Harmonicorum Libri, Paris, G. Baudry, 1636, « Instrumentorum. Liber secundus, Propositio X », p. 90 et 92.


46. M. Mersenne, Harmonie universelle, op. cit., p. 306.

47. Ibid., p. 283.


48. Estelle Boeuf, La bibliothèque parisienne de Gabriel Naudé en 1630. Les lectures d’un libertin érudit, Genève, Droz, 2007 (Travaux du Grand Siècle, vol. 28).


49. « Et il (Naudé) a fréquenté trois autres personnages lors du séjour de Padoue, le vénitien Emilio Parisani, le milanais Ludovico Settala

et un certain Asselineau, docteur en médecine à Paris rencontré à Venise. Settala lui offre la traduction italienne de la Sagesse des anciens de

Bacon, avec un envoi autographe assez flatteur : ‘Ludovicus Septalius ingenio juveni Gabriele Nodeo’ ». Estelle Boeuf, La Bibliothèque parisienne de Gabriel Naudé en 1630, op. cit., p. 26 et note 155.

50. G. M. Visconti, Exequiae in templo S. Nazari Manfredo Septalio patritio mediolanensi […], Milan, Stamperia Arcivescovile, 1680.

51. M. Mersenne, Harmonie universelle, op. cit., p. 293-294.

52. Wellesley (Massachusetts), Wellesley College Museum. Voir Paola Pacht Bassani, Claude Vignon. 1593-1670, Paris, Arthéna, 1992, p. 211, n° 66.


53. Laurence Libin, « Claude Vignon’s portraits of François Langlois », Musique-Images-Instruments, 5, 2003, p. 159-166.


54. Le premier de ces portraits est celui qui est conservé à la National Gallery de Londres sous le numéro d’inventaire

NG6567. La seconde version du tableau est actuellement conservée dans une collection privée aux USA.


55. Mariette écrit que Van Dyck réalisa deux portraits similaires de Langlois en joueur de musette, l’un pour le célèbre marchand de tableaux, l’autre pour lui-même. Susan J. Barnes, Nora De Poorter, Oliver Millar, and Horst Vey, Van Dyck : A Complete Catalogue of the Paintings, New Haven, Yale University Press, 2004, Cat. IV. 152, p. 549.


56. Pierre Casselle, Marianne Grivel, Corinne Le Bitouze et Maxime Préaud, « Dictionnaire des éditeurs d’estampes à Paris sous l’Ancien régime », Bulletin des bibliothèques de France, 4, 1988, p. 191-193.

57. E. Montbel, Les Cornemuses à miroirs du Limousin, op. cit., p. 173-186.


58. Pierre Trichet tient alors la sourdeline pour un instrument moderne, dont l’inventeur présumé est un certain Baptiste Riva, qui « aurait adjousté à l’ancienne musette beaucoup de particularités qui la rendent autant mélodieuse que recommandable, de sorte qu’elle peut constituer une nouvelle espèce de musette toute différente des autres, qui mérite bien d’estre préférée à plusieurs instruments qui sont aujourd’hui en vogue. C’est pourquoi, dès qu’elle fut apportée en France, l’on la considéra avec un grand applaudissement et moi-mesme, ayant été curieux d’en ouïr une, dont François l’Anglois, natif de Chartres, joüoit à Bourdeaux l’an 1626, je voulus aussi voir exactement tous ses ressorts ». Pierre Trichet, Traité des instruments de musique, ca 1640, François Lesure (éd.), Neuilly-sur-Seine,  Société des musiques d’autrefois, 1957 ; reprint, fac-sim. : Genève, Minkoff, 1978, p. 98.


59. Laurence Libin, « Claude Vignon’s portraits of François Langlois », op. cit., p. 164.


60. Carlo Biffi (1605-1675), Portrait de l’acteur Francesco Gabrielli, ca 1633, estampe, Milan, bibliothèque Ambrosiana. Voir Albert Pomme de Mirimonde, Astrologie et musique,  Genève, Minkoff, 1977, p. 68, reprod. p. 69 ; Karoline Czerwenka Papadopoulos, Typologie des Musikerporträts in Malerei und Graphik. Das Bildnis des Musikers ab der Renaissance bis zum Klassizismus, Vienne, Verlag der Österreischen Akademie der Wissenschaften, 2007, p. 132 (reprod. 221).


61. Terzago et Scarabelli rappellent que certains instruments de Settala furent utilisés avec grand succès sur les scènes des théâtres milanais : ainsi les étranges ocarinas réalisés dans des pinces de crustacés, et dont plusieurs dessins sont connus. Une de ces flûtes figure dans le portrait de l’acteur Gabrielli par Carlo Biffi. « Un concert semblable à des flûtes, constitué de Zanche ou pinces de homard, inventions du Signore Manfredo, qui ont été adoptées par quatre Tritons vus dans l’intermède d’une somptueux spectacle donné devant quelques sommités à Milan, et qui reçurent d’incroyables applaudissements de l’amphithéâtre, qui acclamait l’invention à la fois pour sa rareté et sa singularité », M. Terzago et P. F Scarabelli, Museo, ò Galeria, op. cit., p. 334. On voit cet ocarina dans une nature morte de Evaristo Baschenis (1617-1677) publiée par F. P. Bär, « Le Museo Settala à Milan au xviie siècle… », op. cit., p. 58.


62. G. Cinelli Calvoli, Biblioteca volante continuata da Dionigi Andrea Sancassani, Venise, Giambattista Albrizzi, 1734-1747, t. II, p. 316-317. Voir Teresa Megale, « Gabrielli Francesco, detto Scapino o Scappino », Dizionario Biografico degli Italiani, 51, 1998.

63. P. Trichet, Traité des instruments de musique, op. cit., p. 98-100.

64. M. Mersenne, Harmonie Universelle, op. cit., p. 293.


65. J. H. Van Der Meer, « La Sordelina : organologia e tecnica esecutiva », op. cit., p. 105.


66. On ne peut savoir si en 1636, date de parution de l’Harmonie Universelle, une sourdeline à quatre chalumeaux figurait déjà dans le musée de Settala.

67. « Sous le bras droit un sac recouvert de velours noir festonné d’or, et sous le bras gauche un petit soufflet brodé d’argent » peut-on lire dans le catalogue du musée. M. Terzago et P. F Scarabelli, Museo, ò Galeria, op. cit., p. 332.

68. M. Mersenne, Harmonie Universelle, op. cit., p. 293.


69. Ibid.

70. Van der Meer avait déjà proposé  une interprétation précise des répartitions des trous et des clefs sur les sourdelines à trois tuyaux, en comparant les textes de Trichet et de Mersenne, ce qui a permis la reconstitution de l’instrument par Horst Grimm. Voir J. H. Van der Meer, « La Sordelina : organologia e tecnica esecutiva », op. cit., p. 92-93.


71. F. P. Bär, op. cit., p. 65.

72. Voir notamment : Febo Guizzi, Roberto Leydi, Le Zampogne en Italia, vol. 1, Ricordi, Comune di Milano, Civica Scuola d’Arte Drammatica, 1985, p. 240, 242, et Mauro Gioielli (ed.), La Zampogna. Gli aerophoni a sacco in Italia, 2 vol., Isernia, Cosmo Iannone editore, 2005, vol. 1 : « La tecnica esecutiva », p. 147-156.

73. M. Terzago et P. F Scarabelli, Museo, ò Galeria, op. cit., p. 332. Cette sourdeline à quatre chalumeaux était également présente dans l’inventaire de Terzago en latin de 1664.

74. Antonio Novelli, 1600-1662, fut un sculpteur florentin qui travailla également pour les machineries utilisées dans les fêtes de Médicis. Cf. E. Benezit, Dictionnaire critique et documentaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs de tous les temps et de tous les pays par un groupe d’écrivains spécialistes français et étrangers, Paris, Gründ, 1976, vol. VII p. 761.


75. Texte cité par M. Tarrini, « Documenti e testimonienze sulla sordellina (Secc. XV-XVII) », Libro per scriver l’intavolatura  per sonare sopra le sordelline, op. cit., p. 144-145.


 76. La source historique sur cet instrument est due à T. Albonese, neveu de l’inventeur. T. Ambrogio Albonese, Introductio in Chaldaicam linguam, Syriacam atquc Armenaicarn et decem alias linguas, [Crémone, 1539], Modène, Bibliothèque Estence.

77. Un même artisan a participé à la conception de la sourdeline et du phagotus : Jean-Baptiste Riva ou Giambattista

Ravilio, de Ferrara, nommé « Ravilius » par Mersenne. Il cite en effet le phagotus et Albonese qui « en attribuë l’invention à son beau-père Afrianus, qui ne peut trouver d’homme dans toute l’Allemagne qui le peut construire : de sorte qu’il usa de l’industrie de Jean Baptiste Ravilius de Ferrare, qui luy rendit son instrument parfait » (Harmonie Universelle, op. cit., p. 305). Or Mersenne donne un nom très semblable pour l’invention de la sourdeline. « Sourdeline : l’on tient que Jean Baptiste Riva, Dom Julio et Vincenze en sont les inventeurs » (Harmonie Universelle, op. cit., p. 293). Pour une comparaison plus complète du phagotus et de la sourdeline, voir E. Montbel, Les Cornemuses à miroirs du Limousin, op. cit., p. 149-179.


78. Il Maestro dei Dodici Apostoli (ca 1520-ca 1575), Giacobbe e Rachele al pozzo, 1535, Musée de Ferrare. Cf. P. Tognon, « Le origini storiche del Fagotto. Il fagotto-chorista (la dulciana) », op. cit., p. 82.

79. Stewart Pollens, « Michele Todini’s Golden Harpsichord: An Examination of the Machine of Galatea and Polyphemus », Metropolitan Museum Journal, 25, 1990, p. 33-47 ; Herbert Heyde, « Todini’s Golden Harpsichord Revisited », Journal of the American Musical Instrument Society, XXXIX, 2013, p. 5-61.


80. Michele Todini, Dichiaratione della galleria armonica eretta in Roma, Rome, 1676, fac-sim. avec une introduction de Patricio Barbieri : Lucques, Libreria Musicale Italiana Editrice, 1988.


81. L. Libin, « Claude Vignon’s portraits of François Langlois », op. cit., p. 161. Voir aussi Emmanuel Winternitz,

« The Golden Harpsichord and Todini’s Galleria Armonica », Musical Instruments and Their Symbolism in Western Art, New York, Norton, 1967, p. 110-115 ; pl. 42 à 46.


82. Anonyme, Description historique et géographique de l’Italie en forme de dictionnaire, La Haye, Pierre Gosse, 1776, Le Palais Verospi à Rome, p. 388.

83. J. H. Van Der Meer, « La Sordelina : organologia e tecnica esecutiva », op. cit., p. 82.


84. Horst et Barbara Grimm, Il libro delle sordellina, Savona 1600, Livret, CD 9903, Reichelsheim, Verlag der Spielleute, 1999. Voir également la reconstitution de sordellina et le même répertoire enregistrés par Goffredo Degli Esposti et l’ensemble Lirum Li Tronc sur l’album Sordellina, Colascione Buttafuoco in Renaissance Naples, Stradivarius STR33741, 2009.

85. Michael Praetorius, Syntagma Musicum. De organographia, « Theatrum instrumentorum », Wolfenbuttel, 1619- 1620, pl. XIII ; reprint, fac-sim. : Cassel, Bärenreiter Verlag, 1958.

86. Eric Montbel, « Morpho-sémantique : Phagotus, Sourdeline et Musette », Les Cornemuses à miroirs du Limousin, op. cit., p. 121-171.

87. M. Mersenne, Harmonie universelle, op. cit., Proposition XXIX, p. 292.

88. « Le petit chalumeau, qui y fait une des plus grandes difficultés, n’a été mis en usage qu’après coup. Il a été inventé par Mr Martin Hotteterre, Père de l’Auteur […]. C’est dans le siècle précédent ». Jacques Hotteterre (le Romain), Méthode pour la musette, Paris, 1738 ; reprint, fac-sim. : Genève, Minkoff, 1978, p. 64-65. Martin Hotteterre est né en 1635.

89. Jean-Christophe Maillard a décrit dans un article de 1999 une musette française à trois chalumeaux mélodiques : un grand chalumeau accompagné d’un petit chalumeau double, contenant deux perces indépendantes équipées de dix-sept clefs. Il semble possible d’attribuer cet instrument à l’un des frères Chédeville. Jean-Christophe Maillard, « Variations et innovations dans la facture de la musette au milieu du xviiie

siècle », Musique-Images-Instruments, 4, 1999, p. 54-69.


 90. Anthony Baines, Bagpipes, University of Oxford, Pitt- Rivers Museum, 1960, p. 101.


91. Barry O’Neill, « The Sordellina, a possible origin of the Irish regulators », Journal of the Sean Reid Society, vol. 2.13, March 2002, p. 1-20.

92. Voir également : Ken McLeod, « From Hotteterre to the Union pipes », Journal of the Sean Reid Society, vol. 1.06, 1999, p. 1-6.


93. E. et J. Moulder, « An Exciting Discovery, Is this the face of Hale the Piper? », Chanter, Bagpipe Society, summer 2013, p. 30-41.


94. J. Geoghegan, The Complete Tutor for the Pastoral or New Bagpipe, London, John Simpson, 1746, rééd., Pat Sky, 2000.


95. Hugh Cheape, « The Pastoral or New Bagpipe. Echoes of the neo-baroque », Bagpipes, A national collection of a national instrument, Edinburgh, National Museums of Scotland, 2008,  p. 78-101. Ross Anderson, The Pastoral Repertoire Rediscovered : http://www.cl.cam.ac.uk/~rja14/music/pastoral.pdf. E. Montbel, Les cornemuses à miroirs…, op. cit., p. 463 et sq.

96. Voir Carla Tavernari, « Il Museo Settala 1660-1680 », Critica d’Arte, 163-165, 1980, p. 202-220.


97. Armonia di flauti (flauto polifonico), Manfredo Settala circa 1650, Museo Internazionale e biblioteca della musica di Bologna, inv. 1781. Cette flûte multiple a été présentée, accompagnée d’une gravure, par Athanasius Kircher, Musurgia Universalis, Francesco Corbelletti, Rome, 1650, p. 505-506 : « Le très noble et ingénieux Signore Manfredo Settala, un ami des plus sincères, m’a informé il y a peu sur un instrument exotique, dont je donne l’image […]. Il n’a pas été possible cependant d’en comprendre l’usage ». Cet instrument est dessiné dans le Codex Settala (Biblioteca Estense de Modène, gamma.H.1.22., Fl. 41). Cette flûte a été reproduite à de nombreuses reprises. Cf. Filadelfio Puglisi, « Signor Settala’s ‘armonia di flauti’, Early Music, July 1981, p. 320-324. F. P. Bär, « Le Museo Settala à Milan au xviie siècle… », op. cit., p. 59 et p. 68.

98. La version originale de ce texte a été publié dans Maurizio Tarrini, « Documenti e testimonienze sulla sordellina (Secc. XV-XVII) », op. cit., p. 144-145 (traduction E. Montbel).

En savoir plus
En savoir plus